Intervention ECOLO au conseil du 22 avril 2013

Publié le mardi 7 mai 2013

1. Mise au vote de la motion relative aux invendus alimentaires consommables.

ECOLO a proposé qu’une enquête soit menée sur le sort des invendus alimentaires des grandes surfaces situées sur le territoire communal et sur les besoins des associations. Le collège communal décide de confier l’enquête à l’ADL (Agence de Développement local) qui se basera sur la proposition de questionnaire élaboré par le groupe ECOLO tout en y apportant quelques modifications.

2. Adoption du règlement sur la lutte contre les plantes invasives

En février 2012, ECOLO avait proposé l’adoption d’un règlement concernant la gestion des plantes invasives. Il avait été répondu que le texte serait retravaillé et qu’un projet serait soumis prochainement au Conseil. Plus d’un an après cette demande, ECOLO réitère sa demande, conforté dans sa démarche par la Région encourage les communes à adopter un règlement et la possibilité de subsides.

3. Participation à la Semaine sans pesticides – Initiatives prises par le Collège ?

La Semaine sans pesticides s’est achevée ce 30 mars sans que le Collège Communal n’ait pris la moindre initiative dans ce cadre. ECOLO invite le collège à réfléchir à des actions de sensibilisation à mettre en œuvre l’année prochaine. Les pesticides de synthèse présentent de nombreux dangers et des alternatives existent. Il serait opportun d’informer les citoyens sur cette thématique.

4. Remise en état des exutoires d’eaux usées détruit dans le cadre de l’enlèvement de la berge bétonnée à Lanaye

Réponse de l’échevin des travaux : Ces exutoires, mis à jour lors des travaux de terrassements, seront maintenus en fonction (…). Les travaux du perré de Lanaye ayant pris du retard (…) l’adaptation des exutoires, demandée par la direction des travaux à l’adjudicataire est en cours de réalisation.

En ce qui concerne les risques d’inondation, les éléments techniques ont été présentés en comité d’accompagnement par le maître d’ouvrage. L’ancien perré en béton étant posé sur un lit de gravier en contact permanent avec la Meuse mitoyenne. Le niveau d’eau dans le terrain à l’arrière du mur en béton ne peut donc faire autrement que de suivre celui de la Meuse mitoyenne. Contrairement à ce qui les riverains pensent, ils n’étaient donc pas plus à l’abri des crues de la Meuse avant la réalisation du nouveau perré naturel. Malgré ces explications techniques, les riverains (non-techniciens) ont néanmoins jugés que ces explications ne les convainquaient pas ?

5. Participation de la Ville de Visé à l’UREBA exceptionnel lancé par la Wallonie ? Dossiers préparés, en cours de préparation ou envisagés ?

Le Gouvernement wallon a lancé un appel à projet UREBA (Utilisation Rationnelle de l’Énergie dans les Bâtiments) exceptionnel avec un budget de 95 millions d’euros pour les travaux économiseurs d’énergie dans les bâtiments des CPAS et des communes, avec un accent mis sur les bâtiments scolaires (qui pourront capter 60 % de l’enveloppe budgétaire). En fonction des cas, 60 %, 75 %, 90 % voire 100% du coût de l’ensemble des travaux d’isolation prévus dans ces bâtiments pourront ainsi être couverts grâce au programme UREBA. ECOLO demande au Collège communal d’examiner les dossiers qui peuvent être préparés, notamment pour les écoles de Cheratte-Haut, Sarolay et Cheratte-Bas ainsi que pour l’ex-commissariat de police et pour la toiture du Centre culturel.

6. Le projet de permis a fait l’objet d’une étude d’incidences, d’une programmation des travaux et de concertations associant notamment la Ville de Visé en vue de préciser les mesures de compensation et le calendrier de leur mise en œuvre.

Le permis imposait la réalisation des compensations avant le début des travaux de la 4e écluse. Or ces travaux n’ont pas été réalisés dans le délai imparti, il y a lieu d’intervenir officiellement, en particulier concernant :

  • La jonction du RAVeL entre Nivelles et Lanaye et plan de réaménagement de l’ancienne gravière.

    Réponse de l’échevin des travaux : Une adjudication publique a été menée et l’ouverture des offres s’est tenue le 09/04/2013. Quatorze offres ont été reçues et sont analysées par la Direction des Voies Hydrauliques de Liège. L’objectif déclaré du Collège est que les travaux aient lieu avant début juillet 2013.

  • Aménagement écologique et paysager de l’amont de l’écluse et pose du perré (revêtement de pierres pour maintenir la terre d’un talus) sur la berge de Meuse.

    Réponse de l’échevin des travaux : La zone en amont de l’écluse sur la rive droite est actuellement occupée par les travaux de génie civil et la centrale de bétonnage. La plantation du verger et mes aménagements paysagers ne pourront donc commencer qu’en fin de chantier (2015) quand ces terrains ne seront plus affectés par les travaux. Quant au perré, pour lequel il s’agit de détruire l’ancien perré en béton pour le remplacer par un perré végétalisé, les travaux ont pris du retard suite aux conditions climatiques et au niveau de la Meuse mitoyenne élevé.

  • Remise en état des écluses 1 et 2 et de l’écluse 3

    Réponse de l’échevin des travaux : Le retard dans la sortie de ces dossiers est dû au manque d’ingénieurs.

  • Réalisation de la nouvelle frayère

    Réponse de l’échevin des travaux : Les travaux à effectuer se situent dans l’emprise du chantier actuel. La nouvelle frayère sera réalisée lorsque les travaux de génie civil seront terminés.

  • Etude sur les masses d’eau (impacts hydrologiques et écologiques sur la Meuse)

    Réponse de l’échevin des travaux : L’étude sur les débits de turbinage– obligatoire – et sur les masses d’eau a été confiée au comité de suivi scientifique, qui transmet régulièrement l’état d’avancement de ses travaux au comité d’accompagnement.