ECOLO propose de remplacer le libre-échange par le juste échange

ECOLO a décidé de déposer une proposition de résolution afin de susciter un débat sur l’instauration au niveau européen de droits de douanes sociaux et environnementaux, en réponse notamment aux délocalisations et au ralentissement de l’économie européenne.

Publié le mercredi 2 mai 2012

Il ne s’agit nullement d’instaurer un protectionnisme aveugle mais bien de lutter contre le dumping social et environnemental.

L’Union Européenne intégrerait ainsi, pour les biens importés, le respect de normes sociales et environnementales dans le cadre de ses accords commerciaux, de libre-échange et d’investissement.

Les normes sociales (liberté syndicale, application du principe de négociations collectives, interdiction du travail forcé ou des enfants, égalité salariale homme-femme, etc) de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et les normes environnementales découlant du Sommet de la Terre (Rio 1992), du protocole de Kyoto et de la convention-cadre sur les Nations unies sur la Biodiversité constitueraient autant de référence à utiliser pour réguler les échanges commerciaux avec les pays hors Europe.

ECOLO propose que les recettes fiscales collectées par l’Union Européenne via l’instauration de ces droits de douane soient principalement affectées au renforcement de la solidarité avec les Pays du Sud, de la lutte contre le dérèglement climatique et des fonds d’aide au développement. "Elles contribueront tout à la fois à rencontrer ces objectifs essentiels, à diminuer la pression sur le budget européen et ainsi à libérer indirectement des marges budgétaires indispensables au soutien et au redéveloppement de l’économie européenne" ...

Lire ci-dessous l’article du Journal Métro

A télécharger

Interview Muriel Gerkens 2 mai - Métro
Document PDF - 2 Mo - ouvrir document